LES MURS DES VIOLENCES CONJUGALES MASCULINES

Connaître et reconnaître la violence

Le concept des murs des violences conjugales masculines actualise le cycle de la violence conjugale. Alors qu'un cycle est immuable, les murs illustrent la sensation d'être prise entre 4 murs en plus d'être munis de portes qui imagent la possibilité de s'extraire de ces violences conjugales. Au Centre Louise-Amélie, les femmes violentées sont amenées à reconnaître la situation qu’elles vivent et à constater qu’il est possible d’en sortir.

Les murs des violences conjugales mascul

En période de tension

Ce qui se passe…

En période de tension, la femme ne comprend pas bien ce qui est en train de se produire, pourquoi son conjoint se montre colérique et intolérant envers elle, pourquoi il a des sautes d’humeur. De son côté, le conjoint accuse la femme d’être responsable des tensions qu’il crée dans le couple. La femme se sent en danger, elle a peur et anticipe le pire. Elle essaie d’abaisser la tension en évitant par exemple de contrarier son conjoint, en mettant tout en œuvre pour lui faire plaisir. Bref, elle tente d’éviter l’agression.

Quoi faire pour aider une femme vivant une telle situation?

Rien ne sert de fermer les yeux, les choses risquent de s’aggraver. Il importe de rassurer la femme sur le fait qu’elle n’est pas responsable de l’attitude de son conjoint. L’étape qui suit est cruciale : vous devez la sensibiliser à l’aggravation potentielle des violences subies jusqu’à présent. Ces violences ne sont pas banales. Invitez-la à communiquer avec nous!

En période d’agression

Ce qui se passe…

C’est à ce moment que les violences éclatent, sous une forme ou sous plusieurs formes. La femme est sous le choc. Elle est fragilisée et peut ressentir une large gamme d’émotions négatives, comme la peur, la tristesse, la colère ou la honte.

Comment aider une femme lorsque les violences conjugales éclatent?

Assurez-vous que la femme est en sécurité. Si elle a été agressée physiquement, elle pourrait avoir besoin de soins. Assurez-la de votre soutien. Affirmez le caractère criminel des violences conjugales et conseillez-lui de porter plainte s’il s’agit de violences physiques ou sexuelles, de menaces de mort ou de blessure, ou encore de harcèlement. Invitez-la à communiquer avec nous.

En période d’invalidation

Ce qui se passe…

Après l’agression, le conjoint tente de se justifier, de minimiser ou de nier son comportement. Il essaie d’en rejeter le blâme sur la femme, qui en vient à se sentir fautive et responsable. Elle croit donc qu’en modifiant son propre comportement, les violences ne se reproduiront pas. Elle minimise la force des émotions ressenties au moment de l’agression.

Comment aider la femme après les violences conjugales, en période d’invalidation?

Discutez avec elle de l’agression qui est survenue pour l’aider à se reconnecter aux émotions et sentiments qui l’ont alors habitée. L’objectif de cette discussion, c’est qu’elle prenne la mesure de la gravité de la situation et de lui rappeler que son conjoint est le seul responsable des violences qu’il exerce. Il importe à cette étape de faire taire les justifications. Invitez-la à communiquer avec nous.

En période de rémission

Ce qui se passe…

Le conjoint souhaite regagner la confiance de la femme. Il exprime des regrets, demande pardon, promet de ne plus recommencer. Il se montre conciliant, affectueux et doux. Remplie d’espoir, la femme consent à lui donner la chance de se reprendre!

Comment aider la femme pensant donner une chance à un conjoint violent?

Expliquez simplement à la femme que les changements positifs observés chez son conjoint n’assurent en rien l’absence de récidive. Faites-lui prendre conscience du caractère répétitif des violences conjugales à l’aide de l’image des murs des violences conjugales masculines.

Adapté de la publication de L’ Alliance gaspésienne des maisons d’aide et d’hébergement, AVIS-Sécurité (Agir sur la violence en informant et sensibilisant), 2007.